motivation

Entretenir sa motivation dans le supérieur

Avoir de la motivation dans le supérieur :

Entretenir sa motivation n’est pas une question de travail ou de discipline mais plutôt d’habitude. En entretenant sa motivation régulièrement cela permet de rester focalisé sur ses objectifs. En effet, dans le supérieur le travail demandé est colossal, ce qui peut amener à des décrochages ou des baisses de motivation. Pour lutter contre ce problème voici quelques conseils à appliquer :

Fixez-vous des objectifs quotidiens à accomplir. Après chaque J travaillé (cf article sur la méthode des J), n’hésitez pas à le rayer dans votre agenda. Vous pourrez ainsi constater l’évolution de vos travaux. Certains cours vont prendre plus de temps que d’autres mais le principal est d’avancer, « Celui qui veut atteindre un objectif lointain doit faire de petits pas. » Saul Bellow »

Être patient. En effet, en terminale vous souhaitez des résultats rapides. La majorité du temps, vous apprenez vos cours le lundi par exemple pour un devoir le mercredi mais cela n’est plus possible dans le supérieur. On ne peut pas maîtriser un cours en un jour, le seul secret, c’est la répétition. Décrocher sa PACES est un marathon et assimiler la quantité astronomique de cours demande beaucoup de temps et de sacrifices. Soyez patient et vous serez récompensé.

Visualiser ses objectifs. Votre motivation va être mise à rude. L’important est de garder votre objectif en tête, pour cela, fermez les yeux pendant 5-10 minutes et imaginez le résultat final, puis notez le quelque part afin de ne pas le perdre de vue. Dès que vous avez un doute reprenez l’objectif que vous vous êtes donné.

Une motivation en dents de scie. Il est certain que vous aurez des baisses de motivations, d’énergie, et parfois perdre l’envie de travailler. Tout ceci est normal, votre motivation ne peut pas être constante de septembre à mai. Les premiers jours votre motivation sera à 100% mais malheureusement elle va chuter peu de temps après la rentrée (souvent dû à la charge de travail) et c’est à ce moment qu’il va falloir visualiser votre objectif et vous faire violence pour avancer. Vous allez devoir sortir de votre zone de confort.

Travailler seul mais ne pas être individuel. Il ne faut pas confondre travailler seul et être individuel. Travaillez seul signifie travailler à son rythme, avec sa méthode, son organisation mais rien ne vous empêche de faire vos pauses à plusieurs, vous expliquer des notions qui vous posent problème. Il ne faut pas hésiter à partager, créer des liens, demander des conseils. Expliquer une notion à quelqu’un vous assurera qu’elle est bien comprise.

Récompensez-vous. Il est important de se récompenser. En effet, pour chaque objectif atteint (un bon classement, une semaine sans avoir pris de retard, un planning de travail respecté…) attribuez-vous une récompense. Attention il faut que cette récompense soit proportionnelle à l’objectif accompli. La carotte fonctionne mieux que le bâton.

Se motiver reste un challenge en lui-même. Ce qui détermine votre motivation, c’est l’énergie que vous allez mettre dans votre travail et la vision de votre objectif. Nous avons tous  tendance à être motivé les premiers jours car nous avons cette rage de vouloir réussir. Le problème est que nous souhaitons avoir des résultats rapides sur notre travail et lorsque nous nous rendons compte que cela risque de prendre plus de temps que prévu, eh bien l’abandon devient la solution. Afin de ne pas choisir cette solution n’hésitez pas à appliquer ces conseils, ils vous seront utiles parce qu’en aucun cas il faut se décourager « La PACES c’est dans la tête » !

Retour vers actualités